Différents articles et vidéos (flèche en haut, à gauche pour revenir à la page principale).

Ouistreham. Au moins 700 personnes manifestent sur le port en soutien aux migrants

  • Le soutien aux migrants a fortement mobilisé, samedi, sur le port de Ouistreham.
    Le soutien aux migrants a fortement mobilisé, samedi, sur le port de Ouistreham. | Ouest-France

Ce samedi 20 janvier 2018, environ mille personnes (700 selon les gendarmes) ont réclamé des conditions d’accueil, dignes de ce nom, pour les migrants qui, par grappes, errent dans les rues de Ouistreham.

Suite de l’article de Ouest France du 20 01 2018  :  ICI
 
 

À Ouistreham, un migrant nous raconte pourquoi il rêve d’Angleterre

Beaucoup de jeunes Soudanais restent dans le port normand, pour tenter de grimper sur les ferrys qui partent Outre-Manche.

 

MIGRANTS – « C’est mon rêve d’aller là-bas et je n’abandonnerai pas jusqu’à ce que j’y arrive ». Comme beaucoup de jeunes migrants, Mohamed, 17 ans, tente chaque jour ou presque de monter dans l’un de ces camions qui pourraient l’emmener jusqu’en Angleterre. Là-bas, il y a sa famille, sa mère et son frère, et la perspective, peut-être, de trouver un travail.

Suite de l’article de Camille Dubrelh, 01 2018, sur : huffingtonpost.fr

 

 

Article de La Croix, 12 2017 :

 

 

A Ouistreham, l’errance des migrants inquiète et mobilise

Des migrants sur le port de Ouistreham reçoivent de la nature d'une association d'habitants, 30 octobre 2017/AFP/Archives

 

Un an après le démantèlement de la « jungle » de Calais, de 80 à 100 Africains vivent dans le froid humide du port de Ouistreham (Calvados), grâce aux dons d’habitants, malgré l’intervention systématique des autorités pour disperser tout début de campement.

« C’est l’enfer. La nuit dernière, on pouvait pas dormir dans le bois: il a plu tout le temps. Mais à chaque fois qu’on essayait de dormir quelque part en ville, les gendarmes venaient nous dire de partir. Ils font ce qu’on leur demande. Mais on n’a pas dormi de la nuit », raconte, Badr, un Soudanais de 25 ans, qui explique tenter quotidiennement de se glisser à bord d’un ferry.

Suite de l’article sur : la-croix.com

 

 

Article du Monde, 10 2017 :

 

 

Ouistreham, nouvelle étape dans le rêve anglais des migrants

 

 

Des migrants tentent de monter dans un camion en partance pour l’Angleterre. Trois ferries partent de Ouistreham (Calvados) tous les jours.

 

 

La journée bat son plein sur le petit port de Ouistreham, dans le Calvados. Une haie de cannes à pêche se hisse au bord du canal où les promeneurs déambulent, et les restaurants qui cerclent la place Charles-de-Gaulle, l’un des lieux touristiques de la ville, ne désemplissent pas. Adossé contre un poteau au centre de la place, Mohamad, lui, a les yeux rivés sur l’embarcadère, huit cents mètres plus loin, d’où le ferry de 16 h 30 partira pour l’Angleterre. Ce jeune Soudanais de 16 ans vit dans la ville de neuf mille habitants depuis quatre mois. « J’attends ma chance, tous les jours et toute la journée », dit-il.

Suite de l’article sur :  lemonde.fr

 

 

Vidéo sur :  France 3 Normandie 17 01 2018

 
 

Migrants à Ouistreham et squats à Caen, le préfet s’agace : « Il faut remettre les choses d’équerre »
 
Lors de ses vœux à la presse, mercredi 17 janvier 2018, le préfet du Calvados a très longuement exposé sa vision sur la situation des migrants et répondu à ses détracteurs.
 


 
Le préfet du Calvados Laurent Fiscus, a très longuement évoqué la situation des migrants notamment à Ouistreham (Calvados), lors de ses vœux à la presse mercredi 17 janvier 2018.
Trop de « fake news » sur les réseaux sociaux et trop d’attaques sur la méthode employée par les services de l’État au sujet des migrants dans les médias, pour le préfet du Calvados. Sur un ton plus que déterminé, lors de ses vœux à la presse mercredi 17 janvier 2018, Laurent Fiscus a clairement affiché sa position et n’a pas hésité à répondre à ses détracteurs, à critiquer des actions à Ouistreham et l’ouverture de squats à Caen.
Suite de l’article sur :  actu.fr