Après le « benchmarking » des migrant·e·s en Europe, le ministre de l’intérieur va-t-il créer un fichier pour suspecter et entraver la mobilité des jeunes isolés d’un département à l’autre ?

 

MIE Cimade Marseille mineur

 

À l’occasion d’une audition par la commission des lois du Sénat le jeudi 30 mai 2018, le ministre de l’intérieur s’est livré à une sortie polémique en déclarant : « les migrants aussi font un peu de “benchmarking” ». Comme si ces personnes en exil faisaient des études de marché pour choisir le pays européen à la législation la plus favorable.

Suite de l’article sur : lacimade.org