SURPRISE POUR NOS 1 MOIS AU CAIRE !

Égypte
Une petite vidéo de nos envoyées spéciales d’Egypte  en cliquant ici > youtube.com
En tenant compte du commentaire ci-dessous :
(Vous comprendrez que nous n’avons pas pu mettre d’images de nos volontariats travaillant avec des enfants, c’est pour ça que ça fait un peu vacances !)

  • Tu sais que tu vis au Caire depuis un mois quand :

 

– Tu ignores avec élégance les personnes inconnues dans la rue qui t’indiquent un chemin à prendre, qui te décrivent les rues ou qui te conseillent un endroit où te rendre,

– Tu as appris à répondre aux bousculades dans le métro, parce que sinon tu peux passer 5 minutes à attendre ton tour au tourniquets pour sortir,

– Tu as fait la liste dans ta tête des métiers bizarres rencontrés jusqu’alors,

– Tu as fait une échelle graduelle dans ta tête des femmes en fonction de leur tenue, de la plus couverte à la moins couverte,

– Tu sais dire parfaitement une chose en arabe : ton adresse,

– Tu rêves parfois la nuit de fromage, de croissant ou de pain au chocolat,

– Tu connais les endroits préférés des petits chats près de chez toi pour somnoler,

– Tu traverses la route avec plus d’assurance que le premier jour,

– Tu connais la gestuelle pour communiquer de loin au restaurant,

– Tu refuses catégoriquement d’acheter une bouteille d’eau dans un lieu touristique, même si tu meurs de soif, parce que les prix sont multipliés par dix,

– Tu ne t’es pas encore motivé à aller voir les pyramides parce que tu penses que les gens qui vont te rendre visite auront forcément envie d’y aller,

– Tu captes assez vite qu’un taxi est en train de t’arnaquer en faisant des détours et tu rages de ne pas pouvoir vraiment le lui exprimer,

– Tu regardes les femmes touristes habillées en débardeur et en mini-short avec des yeux écarquillés,

– Tu sais que si tu avais été égyptienne tu serais appelé Eloïse Horst Ernst, ou Eline Didier Bernard,

– Tu ne tries pas tes déchets,

– Tu ne t’étonnes plus de voir des feux d’artifices en pleine journée,

– Tu as déjà bravé l’administration égyptienne pour prolonger ton visa, et tu sais qu’à ton retour en France tout sera tellement plus simple,

– Tu supportes de porter un jean même à 35°C,

– Tu voudrais vraiment questionner les gens qui viennent te demander la permission de prendre une photo avec toi, sur le but de cette photo, mais tu ne l’as pas encore fait / tu attends de maitriser un peu l’arabe pour le faire,

– Tu sais que pour les égyptien(ne)s, deux européennes brunes à lunettes sont forcément des soeurs,

– Tu es aux anges quand au restaurant ou au café tu t’asseois à une table qui n’est pas bancale,

– Tu sais qu’il est vain de mettre ta propre musique dans ton appartement le matin, celle de l’école à côté sera toujours plus forte,

 

  • Tu sais que tu es en volontariat dans le milieu scolaire ou périscolaire au Caire quand :

 

– Tu demande toujours à une femme de ménage de l’école du papier quand tu vas aux toilettes, et vu sa tête tu sais bien qu’elle se demande pourquoi tu en as besoin et pourquoi tu n’utilise pas le petit jet d’eau à ta disposition,

– Tu as déjà essayé ce petit jet d’eau, et franchement c’est loin d’être devenu une habitude,

– Tu commences à comprendre sérieusement le terme d »‘imprévu » répété à outrance par ta référente de l’école,

– Tu as déjà fait passer trois entretiens d’embauche pour une assistante de français et ce n’est pas vraiment ta tasse de thé,

– Tu culpabilises de gronder un peu les filles qui n’ont pas appris leurs tables de multiplications alors que toi-même tu les connais à peine,

– Tu as des cuisses en béton parce que la salle des profs est au 6ème étage et que tu refuses de prendre un ascenseur qui tombe en panne plusieurs fois par jour,

– Tu n’as pas d’assistante de Français ni de salle de classe au collège, tu n’as toujours pas commencé à donner des cours, mais tu gardes le sourire (enfin presque),

– Tu avais commencé à retenir le nom de tes collègues du collège, mais elles ont changés de place dans la salle de professeur et ça y est, t’es perdue,

– Tu es fière de pouvoir dire « allez les filles », « c’est bon », « ça suffit », « moins fort », « bleu », « orange », « regarde », « merci », « 1,2,3 » en arabe, mais tu te rends compte que ce n’est vraiment pas suffisant,

– Tu te rends compte que tes années de maternelle sont vraiment loin, et tu ne sais plus trop ce qu’un enfant de cet âge est censé savoir faire,

– Tu ne comprends toujours pas qu’une soeur qui a autant de problèmes de santé puisse gérer sa maison avec autant de force, sourire et patience,

– Tu ne t’es jamais autant posé de questions sur l’éducation. Ca a du sens ? Comment transmettre ? Que transmettre ? Quel rythme un enfant doit-il avoir ? est-ce universel ?… Bref tu deviens parent avant l’heure !

– Tu as appris que tong se disait tchip-tchip et tu n’as jamais passé autant de temps à en chercher !

– Tu hallucines sur le niveau de français des profs et sur certains livres scolaires en français (le maïs fleuri se mange au cinéma en France, la corse est une ville française, un enfant ne doit pas tRaper ses camarades, Fanny s’écrit Fany et il est très important de distinguer murmurer et chuchoter !)