30 Mai 2015

C’est probablement notre dernier « Hey ho on rentre du boulot » puisque ça y est le compte à rebours est lancé, en effet dans 25 jours Eloïse s’en va, et 35 jours pour moi !

Pour la grande majorité des filles l’école est terminée ! Les carnets de notes ne sont pas vraiment folichons, et il y a deux petites qui doivent aller au rattrapage de français, mais pour bon nombre d’entres elles c’est terminé ! Voici maintenant le temps du grand rangement de la bibliothéque (qui aurait cru qu’on pouvait mettre autant de bazar, et laisser s’accumuler autant de poussière en 1 semestre ?!), des cahiers de vacances, des installations et desinstallations du vidéo projecteur pour un petit temps ciné, des relais sportifs et autres « un, deux, trois soleil », et de la recherche des maillots de bain !

L’année est passée tellement vite ! Je me rend compte à quel point les filles ont grandi au regard des photos et des progrès de certaines !

Vous voulez un petit bilan de fin d’année ?

- Je suis heureuse de la relation que j’ai construite avec les filles, je me sens pleinement accueillie dans cette maison pour une nouvelle année.

- La difficulté principale de cette année aura été, jusqu’à la fin, de trouver un rythme, c’est en partie liée au fait que Cécile (l’autre volontaire) est « tombée » (je cherche encore une meilleure expression que celle ci) enceinte (d’ailleurs elle ne devrait pas tarder à accoucher !!!), j’ai donc du prendre la relève parfois sur son poste avec les plus grandes. Cependant je ne pense pas que cette désorganisation ait seulement été liée à l’absence de Cécile, il me semble d’abord que c’est le lot de tout poste en Egypte et ensuite, je crois vraiment que la tranche d’âge 3-6ans n’est pas faite pour moi. En effet, je me rend compte que j’ai du mal à garder motivation, patience, imagination pour occuper – entre 7 et 14 – petites qui ont pour la plupart un temps de concentration de 15min. (J’en profite pour tirer mon chapeau à tous les professeurs de maternelle qui nous lisent !). J’ai alors aimé trouver parfois refuge dans l’aide aux devoirs pour les plus grandes.

- Pour autant je garde de très bons souvenirs de moments partagés avec mes toutes petites, en particulier les moments de bricolages, les lectures d’histoires, mais je sais que l’année prochaine il faudra que je m’organise avec les prochains volontaires pour partager le temps de travail avec les différentes tranches d’âge.

Vous l’aurez compris à la lecture des paragraphes précédents : je reste une année de plus !

—-

Instant candeur :

Cette scène se passe dans un arabe approximatif puisque ma petite interlocutrice a 3ans et 1/2 et mon niveau d’arabe équivaut au sien :

- Eline, je suis un chat

- Tu es un chat ? pourquoi ? mais non tu n’es pas un chat tu t’appelles *****

- Non la soeur m’a dit que j’étais un chat, alors je suis un chat.

Elle n’a pas voulu en démordre de la journée, voyons si aujourd’hui elle sera toujours un chat !

Révision du système solaire :

- Donc vous voyez la lune tourne autour de la terre et la terre tourne sur elle même et aussi autour du Soleil, d’ailleurs toutes les planètes du sytème tournent autour de notre étoile.

- Mais Eline, pourquoi on ne peut pas s’approcher de mercure ? parce qu’elle est trop proche du soleil ?

- euh, oui ça doit être pour ça…

- mais alors pourquoi on n’attend pas que le soleil se couche pour y aller de nuit ?

Après mon explication, petit temps de réfléxion, puis :

- Mais alors depuis que je suis petite on me ment, le soleil ne se couche pas ?!

                                                            ————-

Au New Ramsès, le second semestre était étrange et court. Je l’avoue : après la découverte palpitante de l’expérience de professeur puis de correctrice de copie nommée la plus rapide du groupe, repartir pour un nouveau semestre similaire ne m’enchantais qu’à moitié. Si je me régalais toujours autant à préparer les cours et souvent à les donner, je garde un souvenir mitigé de ce deuxième semestre : des cours qui sautent pour x ou y raisons, des élèves de 6ème mesquins et indomptables malgré des bons moments autour de l’apprentissage d’une chanson ou d’un « jeu de piste » à l’aide d’une carte d’un quartier parisien… J’ai régulièrement eu l’impression d’être un bâton dans les roues des profs qui galèrent à finir leur programme, de ne pas réussir à faire un suivi pertinent des élèves, d’être perdu dans le rythme des classes trois semaines après la rentrée du second semestre. Ce bazar organisationnel plutôt séduisant au début m’a finalement harassé.

A mon retour de France, je n’avais plus cours (les élèves se préparaient aux examens) mais je n’avais pas non plus quelque chose à faire. On m’avait promis de me donner des classes de l’international (qui eux n’ont pas le même rythme que les autres) pour leur fin d’année, mais j’ai finalement donné quatre cours seulement à ces enfants. J’en garde cependant un bon souvenir, des élèves moins nombreux et moins agités, avec un bon niveau de base et heureux de discuter, d’apprendre un chant et de faire connaissance. Puis il est venu le temps des corrections, durant deux semaines environ…

Mais, savez-vous que s’ennuyer au travail est peut-être encore plus éreintant que de travailler ? J’ai parfois eu les larmes aux yeux en voyant les heures défiler et tout ce temps perdu qui aurait pu être occupé à autre chose de plus pertinent. Et là, vous vous dîtes : pourquoi es-tu restée plantée dans ta salle des profs ? Hé bien, c’est parce que c’est malheureusement comme ça que ça se passe si on ne veut pas s’attirer les foudres de ses collègues ou de sa responsable. Car oui, ce n’est pas parce qu’on a fini son travail, qu’on n’a plus rien à faire ou que l’école est finie qu’on peut rentrer chez soi. La preuve : tout le mois de juin les profs vont rester dans la salle des profs, de 7h30 à 13h, pour… être là, tout simplement, car l’école ne peut donner que deux mois de congés. Je crois qu’elles pèsent poliment leurs mots en me disant avec un petit rictus « On s’ennuie un petit peu… ». J’ai demandé à ma responsable de quitter l’école fin mai, après avoir donné 6 heures de formation aux profs de français, pour me consacrer pleinement à la mission de l’orphelinat.

Car oui : je ne suis pas restée les bras croisés, je suis venue plus souvent et plus longtemps à la maison des filles. Le deuxième semestre et la préparation des examens de fin d’année sont toujours un moment stressant pour tous, notamment dans les matières scientifiques pour les plus grandes. Ces derniers jours nous avons affronté la poussière de la bibliothèque pour ranger et reclasser les livres… Mais ce qui se passe avec les filles, Éline sait mieux en parler que moi ! ;)