grandkiff

 

Cet événement, organisé par l’Eglise protestante unie de France en partenariat avec de multiples partenaires (Fédération de l’Entraide protestante, Eclaireuses-Eclaireurs Unionistes de France, Union Chrétienne de Jeunes Gens, Eglise protestante d’Alsace-Lorraine, etc.) constitue un point d’étape de la dynamique jeunesse comme l’avait déjà été la première édition du Grand Kiff en 2009. Il rassemble des jeunes venus de tous les horizons.

Nous vous donnons à la lecture, le texte de Rébécca qui était présente

au rassemblement de l’édition 2013 :

 

C’est une « vieille » qui va tenter ici de vous faire toucher du doigt ce qu’a été pour nous ce Grand Kiff deuxième édition (Grenoble, 26-30 juillet 2013) !

[ « Vieille », parce que, oui, figurez-vous que j’étais déjà de la partie en 2009, moi ! ]

Quand les papiers d’inscription pour ce deuxième Grand Kiff sont vraiment arrivés (j’avais vaguement entendu murmurer autour d’une deuxième édition en cours de préparation), j’ai directement signé et inscrit les dates sur mon agenda. Le premier Grand Kiff était un peu loin derrière moi, mais j’en avais gardé une tellement bonne impression que j’étais entièrement partante pour recommencer ! J’en ai d’ailleurs profité pour enrôler mes deux sœurs et mon frère. C’est quand ils ont commencé à me poser des questions – Et comment c’était la dernière fois ? Est-ce qu’il y avait beaucoup du monde ? On va dormir où ? On mange bien là-bas ? Qu’est-ce qu’on fait pendant les journées ? – que les souvenirs sont remontés, de plus en plus précis, souvenir des chants, de certains visages, des lieux…

 

Nous sommes arrivés quasiment les derniers à Lyon jeudi soir, pour retrouver tous les autres jeunes et moins jeunes de la région Nord-Normandie – et devant toutes les nouvelles têtes j’ai commencé à réaliser que, de toute façon, ce Grand Kiff n’aurait plus grand chose à voir avec celui de la première fois. Je vous l’avoue, il m’aura fallu un peu de temps pour encaisser ce choc et surtout arrêter de toujours comparer. La différence a ses côtés positifs – en premier lieu le fait que le site cette fois-ci soit installé au cœur d’un parc (portant le doux nom d’île d’Amour !), sous des chapiteaux en plein air – et d’autres un peu moins agréables : nous les bas-normands étions logés dans des chambres universitaires qui sentaient les pieds, sans oreillers, sans frigo (ce qui, par quasiment 40°C, pouvait quand même s’avérer utile pour nos petites bouteilles d’eau !) et seulement une douche et une poubelle pour l’ensemble de l’étage ! Fort heureusement, ce n’est pas là que nous avons passé le plus de temps…

 

 

Je vais sans plus tarder vous donner un aperçu du contenu spirituel et thématique de notre séjour, avant que vous ne commenciez à vous dire que nous, les jeunes, on s’arrête vraiment à des détails matériels ! Vous l’aurez peut-être entendu, le titre du Grand Kiff 2013 était le suivant : « Vous êtes lumière du monde » (Evangile de Matthieu). Nos 5 journées grenobloises avaient donc chacune leur mot d’ordre – Chacun, chacune arrivent de partout… / Ecoute, Dieu nous parle dans le monde / Va vers toi / Etre témoins – pour enfin en arriver à ce verset lumineux et rempli d’espoir : « C’est vous qui êtes la lumière du monde. (…) Votre lumière doit briller devant les Hommes afin qu’ils voient le bien que vous faîtes et qu’ils louent votre Père qui est dans les cieux. »

 

J’avais le souvenir d’une organisation un peu improvisée (mais conviviale !) en ce qui concerne le premier Grand Kiff. Cette année, on nous en a mis plein les mirettes : les organisateurs ont vraiment investi côté technique ! Le chapiteau principal (énorme – prévu pour accueillir 3000 personnes) était équipé de deux grands écrans en plus des projecteurs, matériel sonore et des…ventilateurs ! Nous avions même une équipe d’agents de sécurité rien que pour nous, à vérifier nos bracelets à paillettes avant d’entrer sur le site et à nous distribuer des bouteilles d’eau ou des pshitts de brumisateur.

Cette année, j’ai plus ou moins entrevu l’envers du décor : c’était moi le « grand chef » (c’est moi qui le dit) pour notre chorégraphie Nord-Normandie. Là encore, c’est une longue histoire ! Nos référents au synode avaient proposé l’idée d’une grande chorégraphie réunissant les jeunes de la région Nord-Normandie, dans le noir, avec des boules lumineuses, chaque consistoire préparant un morceau de cette chorégraphie que nous aurions assemblés une fois réunis. Sur le papier, tout va bien. Mais comme vous l’aurez vu venir, le temps nous a manqué pour la préparation… – et il a fallu s’y mettre un peu dans l’urgence le vendredi matin à Lyon avant de rejoindre le rassemblement sur Grenoble. Je vous laisse imaginer nos essais de pyramides lumineuses, nos lancers de boules non contrôlés, etc. Mais hélas, les orages qui nous ont tenus en éveil dans la nuit de dimanche à lundi ont de fait écourté la soirée réservée aux créations – donc pas de représentation pour nous ! C’est justement en ayant à parlementer avec les autres organisateurs du Grand Kiff pour avoir des créneaux de répétition et du matériel que je me suis rendue compte de tous les efforts fournis par les bénévoles pour qu’un tel rassemblement puisse avoir lieu, sans compter que les pluies et les orages ont fortement endommagé notre beau site, raison pour laquelle nous avons dû déménager dans un des amphis du campus.

Là-bas, et encore plus quand nous nous sommes réunis dans l’amphi, on pouvait sentir une grande bienveillance parmi tous les participants. Une certaine force. Une énergie particulière. Oui, ce Grand Kiff nous rassemble et nous donne l’occasion de nous rencontrer, et c’est à la fois beau et effrayant, d’une certaine façon, de se dire qu’une fois rentrés chez nous, cette force et cette énergie ne disparaissent pas : c’est à nous désormais de la partager. J’ai été, cette fois-ci, encore plus attentive et concernée par la dimension spirituelle du rassemblement – sûrement parce que j’ai grandi depuis la dernière fois – je suis une « vieille », je vous l’ai dit ! D’ailleurs j’ai été bien agréablement surprise du fait que les organisateurs aient profité de la présence de frère Benoît pour nous proposer une petite veillée de Taizé le samedi soir. Ca avait son charme de prier ensemble en silence au milieu du rassemblement et des autres Kiffeurs qui continuaient à chanter, danser, jouer.

 

Je ne peux pas mettre un point final à mon article sans mentionner notre fantastique groupe Nord-Normandie – constitué en effet de jeunes et de moins jeunes mais une bonne quarantaine en tout ! – qui s’est découvert à Lyon lors de la journée de pré-Grand Kiff et ne s’est pas beaucoup quitté une fois sur place ! Je crois savoir que nos pasteurs n’auront pas trop de mal à nous motiver pour les possibles rassemblements à venir, d’ailleurs certains d’entre nous se sont déjà retrouvés dans le Nord il y a peu. J’espère forcément recroiser certaines têtes peut-être à Protestants en Fête, même si le contexte sera à nouveau différent, et je ne suis sûrement pas la seule !

J’aurais encore beaucoup de choses à vous raconter – les petits déjeuners avec un seul petit pain (demandez donc à Simon et Timothée !), les « gros tas », les Kiff-kebabs, le spectacle Sortie de Crise présenté en avant-première (s’il vous plaît!) au Grand Kiff par la compagnie Sketch Up, la citronnade faite maison, Myriam l’aumônier des hôpitaux, l’émotion lors de la Cène et du Je louerai l’Eternel du dernier culte – Et les chants ! dit Ines. – Et tu as parlé de la chaleur qu’il faisait sous le gros chapiteau ? demande Timothée. – Ah ! Eric Galia ! (ça, c’est Salomé).

 

Libre à vous, donc, de venir nous en demander plus ! N’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil aux épisodes de la WebTV réalisée jour par jour tout au long du séjour, vous aurez un aperçu en images de ce Grand Kiff édition 2013 ! Et vous pourrez également y écouter les chants.

 

Pour voir les vidéos WebTV du grand Kiff, c’est ici :www.legrandkiff.org
Ensuite cliquez sur la petite TV bleue !

 

Vous êtes lumières du monde !

Rebecca Fels

 

Nous mettrons les activités prévues pour l’année 2014 sur notre site.

Si vous souhaitez d’autres renseignements, vous pouvez contacter,

Sylvie Ouvrysyldid.ouvry@gmail.com | tel : 02 33 64 81 88