À quelques mois de l’élection présidentielle, nous avons demandé à des personnalités protestantes de dire ce qu’elles feraient si elles accédaient à la fonction suprême et quels étaient leurs souhaits pour le protestantisme et le monde.

 

1. Quelle mesure phare prendriez-vous ?
2. Que souhaitez-vous au protestantisme pour les cinq cents ans de la Réforme ?
3. Aujourd’hui, quelle cause vous tient-elle le plus à cœur ?

 

François Clavairoly
président de la Fédération protestante de France (FPF)

 
1. La mesure phare qui marquerait les cent premiers jours de cette présidence serait la création d’un « ministère de la Justice et de la Paix », selon les mots du psaume…
Ce ministère aurait deux objectifs :
– réhabiliter la fonction judiciaire en lui donnant tous les moyens nécessaires pour que le pays puisse enfin s’honorer de la façon dont la justice est exercée ;
– réorienter la politique de défense : un débat national sera lancé sur la question de la défense. Les investissements liés au nucléaire militaire des années à venir seront progressivement réduits et les crédits prévus réinvestis dans la justice.
2. Le vœu que je formule est que le protestantisme soit sel et lumière, qu’il reste pertinent et impertinent dans son annonce de l’Évangile, que sa vocation de faire lien dans la société se déploie.
3. La cause qui me tient à cœur est la lutte contre l’exclusion : handicap, pauvreté, discrimination, racisme, inégalités, antisémitisme.

 

Suite de cet article sur :  reforme.net