Les protestants suivent durant l’année un calendrier liturgique qui les conduit à commémorer plusieurs événements qui se réfèrent à la vie du Christ.

 

Noël, précédé par les quatre dimanches de l’Avent (l’attente) célèbre le 24 décembre la naissance de Jésus.

La période de Carême, quarante jours avant Pâques, en référence aux quarante jours de la tentation du Christ dans le désert, prépare à la Passion et à Pâques, sans que lui soit adjointe des pratiques particulières d’abstinence ou de jeûne.

La Semaine Sainte (en mars ou en avril selon les années) s’ouvre le dimanche par les Rameaux, l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem, fait mémoire le Jeudi Saint du dernier repas pris par Jésus avec ses disciples avant son arrestation. Elle est marquée par la lecture de l’un des récits de la Passion le Vendredi Saint, avant de culminer le dimanche de Pâques par l’annonce joyeuse de la résurrection du Christ.

La Pentecôte, cinquante jours après Pâques, rappelle l’envoi sur les disciples rassemblés du Saint-Esprit. Elle est précédée par l’Ascension, l’élévation dans les cieux de Jésus-Christ, là où il « siège à la droite de Dieu ».

Chaque dimanche, le culte dominical confesse la seigneurie de Jésus-Christ, sa mort et sa résurrection.

 

Noël, Pâques et Pentecôte sont autant d’occasions de regroupements familiaux, de retrouvailles amicales, de célébrations préparées par toutes les générations qui leur donnent une tonalité joyeuse, festive et accueillante. Jeudi Saint et Vendredi Saint sont parés d’une tonalité plus recueillie, méditative. Pour diverses raisons, l’Ascension reste relativement peu célébrée. Bien loin de leur légendaire austérité, les protestants apprécient ces occasions de se retrouver pour se réjouir de toute leur force et de toute leur pensée, mais aussi de tout leur être puisque ces fêtes sont souvent prolongées par le verre de l’amitié, un repas partagé, un après-midi ludique. Certains parmi eux apprécient de se retrouver le premier dimanche du mois de septembre au Musée du Désert de Mialet pour y commémorer l’actualité sans cesse renouvelée de la Réforme. D’autres participent aux manifestations organisées tous les quatre ans par la Fédération protestante de France dont l’intitulé énonce le projet : « Protestants en fête ». Enfin, pour des raisons bibliques et théologiques, ils ne fêtent ni La Toussaint, ni l’Assomption.