Considérant que Jésus-Christ est le seul chef de l’Église et que son autorité n’est déléguée à personne, l’Église Protestante Unie de France * vit selon un mode de décision et de gouvernance laissant la  parole à tous les échelons entre le local et le national.

 

* Église Protestante Unie de France ( communion en 2012 des Églises « historiques » luthériennes et réformées, sur la Basse Normandie seules étaient présentes les églises réformées)

o

 

 

 

Vote en Assemblée Générale au temple de Condé

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est dit presbytérien synodal puisque les décisions relèvent à la fois :

 

– De l’échelon presbytéral (du grec presbuteros, signifiant « ancien »), cet   échelon est l’échelon local. (nommé Église locale ou paroisse).

Chaque membre de chacune de ces 450 associations cultuelles administre et gère les aspects spirituels, administratifs et financiers de la vie des Églises  ;

– De l’échelon synodal où les représentants des associations cultuelles siègent et gouvernent à l’échelon régional et national. Ces deux organes collégiaux décident des orientations principales et de l’organisation des Églises.

Électoralement :

Le conseil presbytéral est élu en assemblée générale qui lui même élit en son sein des représentants au synode régional.

Chaque synode régional, désigne des représentants au synode national qui lui même élit un conseil national, organe de direction de l’Église Protestante Unie de France.

 

Ainsi, le conseil presbytéral, d’une part, et le synode national, d’autre part, sont les deux piliers du régime presbytérien synodal qui reconnaît l’autonomie des Églises locales et organise leur solidarité, notamment financière.

Historiquement, cette organisation traditionnelle (premier synode clandestin réuni à Paris en 1559) s’est maintenue sous le régime actuel de séparation des Églises et de l’État : les Églises locales constituent des associations cultuelles loi 1905, l’Église Protestante unie de France constitue l’Union nationale de ces associations cultuelles.

Afficher l'image d'origine

Schéma : source, Église protestante unie.

 

Les 10 régions se réunissent chaque année à l’automne lors d’un synode (40 à 200 personnes selon l’importance de la région), où seuls votent les délégués, pasteurs et laïcs, désignés par les associations cultuelles.

Le synode national se réunit chaque année, rassemblant quelques 200 personnes. Seuls les délégués, pasteurs et laïcs) des associations cultuelles désignés par les synodes régionaux ont le droit de vote. Le synode national est le gouvernement de l’Église protestante unie de France ; entre deux sessions, il est représenté par le conseil national (20 membres élus, pasteurs et laïcs pour 4 ans ).

Chaque conseil (organe exécutif) veille sur la vie de l’Église (des Églises à sa charge), applique les décisions de l’assemblée générale ou du Synode et prépare les débats et les orientations qu’il lui sont proposés.