Joëlle Le Moal, médecin épidémiologiste chez Santé publique France

Dans son dernier bulletin épidémiologique, Santé publique France fait le point sur la puberté précoce. Si les causes de ce phénomène sont difficiles à démêler, les perturbateurs endocriniens auraient largement leur part de responsabilité.

Déjà soupçonnés de favoriser des troubles tels que l’obésité et le diabète, les perturbateurs endocriniens (pesticides, phtalates, bisphénol A…) pourraient également être impliqués dans la puberté précoce. C’est ce que nous apprend la dernière étude menée par Santé publique France.

 

Suite de l’article sur : ouest-france.fr