© Karsten Wurth / Unsplash

 

Longtemps synonyme de damnation et culpabilité, le péché apparaît aujourd’hui aux yeux des théologiens comme une fissure dans notre relation à Dieu.

Une histoire d’amour impossible entre un prêtre et une jeune résistante communiste, sous occupation allemande. Voilà de quoi faire un film réussi. La Confession, de Nicolas Boukhrief, est sorti sur les écrans le 8 mars. Adapté du roman Léon Morin, Prêtre de Béatrix Beck, publié en 1952 et déjà adapté au cinéma en 1961 avec Jean-Paul Belmondo, c’est un film profond sur la foi, l’engagement, les valeurs et… l’amour. Sous-jacente, bien sûr, la notion du péché – comme toujours liée à l’attirance charnelle, à la sexualité.

 

Suite de l’article sur : reforme.net