Ô notre Dieu, Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob et de Jésus, nous sommes rassemblés devant Toi pour faire mémoire de toutes ces personnes lâchement assassinées, pour évoquer devant toi leurs familles leurs amis, tous ceux qui les entourent, et qui sont si fortement éprouvés.

 

Prends-les dans la vigueur de ta pitié, entoure-les de ta tendresse, donne-leur de surmonter le tragique du silence, du non-sens et de la mort.
Donne à tous ceux qui se tiennent à leurs côtés de trouver les gestes justes, les paroles qui apaisent, les regards qui consolent.

 

Ô notre Dieu, Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob et de Jésus, donne-nous de surmonter nos peurs pour que nous puissions continuer à marcher sur le chemin de l’espérance, à construire la cité fraternelle où chacun, par sa différence, contribue au bien-être commun et à l’épanouissement de tous.

 

Eloigne de nous les tentations de l’amalgame, de la recherche d’un bouc émissaire, ne nous laisse pas succomber à nos émotions, plonge-nous dans les analyses, dans la recherche de l’information à l’exactitude avérée.

 

Devant les nouvelles menaces de notre temps, face à ceux qui utilisent la liberté dont nous jouissons pour construire un monde sans liberté, fais de nous des citoyens vigilants, responsables et engagés.

 

Ô notre Dieu, Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob et de Jésus, nous te prions pour ceux qui nous gouvernent. Donne aux chefs des peuples, aux responsables de tous niveaux, la sagesse nécessaire pour conduire la communauté des hommes et des femmes vers un monde meilleur.

 

Et donne-nous, donne à nos enfants, donne à tous ceux qui professent une religion comme à ceux qui n’en professent aucune, le courage de se dresser, de résister, de proclamer haut et fort que tous les hommes sont frères, parce que tu es le père de tous, le Dieu de tous, notre seul Dieu.

Amen.

 

 

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette
l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

Amen