Donald Trump sera désigné le 7 juin par le parti républicain américain pour porter les couleurs de la droite conservatrice aux prochaines élections américaines. Climato-sceptique convaincu, quelles politiques énergétique et environnementale le candidat républicain a-t-il l’intention de mettre en œuvre ? Sont-elles crédibles et quelles seront ses véritables marges de manœuvres ? Un début de réponse.

« Le concept de réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois afin de rendre les usines américaines non-concurrentielles ». Ce sont par ces mots que Donald Trump abordait la question environnementale en 2012. Quatre ans plus tard, presque ou rien n’a changé.

Priorité aux fossiles

Donald Trump a déjà annoncé à maintes reprises que s’il était élu Président, il mettrait fin aux diverses réglementations visant à contraindre industriels et consommateurs en général à adopter des mesures d’efficacité énergétique. Les avantages fiscaux attribués aux énergies renouvelables seraient quant à eux revus. Donald Trump est très proche du lobby pétrolier et considère les énergies fossiles comme une source de richesse et d’emplois aux Etats-Unis. A l’inverse, les énergies renouvelables seraient non concurrentielles et enrichiraient les constructeurs étrangers (notamment chinois).

 
Suite de l’article sur : techniques-ingenieur.fr